Lancement de Calibrating Stretched Transparency, une conversation multidisciplinaire sur l’IA et le changement climatique

Publié le vendredi 19 novembre 2021

L'Initiative IA + Société de l'Université d'Ottawa est heureuse d'annoncer le lancement par des chercheur(e)s du CRAiEDL de Calibrating Stretched Transparency, un projet multidisciplinaire visant à explorer et à diffuser l'intersection de la géo-ingénierie et de l'intelligence artificielle, tout en critiquant ses implications éthiques par le biais d'un support visuel.

Mené par le professeur Jason Millar, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en ingénierie éthique de la robotique et de l'intelligence artificielle, et Chantal Rodier, artiste en résidence à la Faculté de génie, Calibrating Stretched Transparency explore la logique, les processus et les outils que les détenteurs du pouvoir utiliseront pour appuyer la prise de décisions dans le cadre de projets climatiques techno-politiques à grande échelle comme la géo-ingénierie, c'est-à-dire la (ré)ingénierie du climat mondial. L'équipe artistique comprend également les artistes et chercheur(e)s Banque Scotia Sarah Jasmine Hodgson et Willem Deisinger.

Deux outils typiques d'aide à la décision ont été utilisés pour créer cette œuvre : l'intelligence artificielle (IA) et les cartes, qui sont historiquement des outils de privilège et de pouvoir. L'outil d'IA a été nourri de concepts éthiques, de contradictions et d'images de paysages. Il a généré des images d'un monde qui, selon lui, représente le mieux nos données apparemment incompréhensibles. En ce sens, l'outil d'IA offre son point de vue sur les incitations éthiques liées à la géo-ingénierie. La perspective de l'IA a ensuite été « cartographiée ». 

Calibrating Stretched Transparency offre ainsi une conversation entre les perspectives et le pouvoir de certains outils utilisés en géo-ingénierie et ceux des personnes qui les manient. Dans des contextes techno-politiques tels que la géo-ingénierie, comment est-ce que les décideurs peuvent rencontrer et réagir aux biais intégrés dans leurs outils, lorsque certains biais menacent de saper les structures de pouvoir existantes, et d'autres de les amplifier? 

 

Découvrez le projet Calibrating Stretched Transparency.

 

Le projet a été lancé le 9 novembre, lors de la conférence de l’ONU sur le Changement climatique, COP26. L'installation continuera à être développée au cours de l'année prochaine et peut-être au-delà. L'objectif est que cette installation continue à vivre numériquement et qu'elle trouve un lieu physique pour continuer à engager le public dans des discussions sur les technologies associées à la géo-ingénierie et au changement climatique.

 

Ce projet a été rendu possible grâce au soutien financier du Fonds Banque Scotia pour l'Initiative IA + Société à l'Université d'Ottawa, du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et du programme des Chaires de recherche du Canada.

Haut de page