Des étudiant(e)s du CDTS reçoivent une bourse du Programme d’initiation à la recherche au premier cycle 2020

Publié le mercredi 15 janvier 2020

Six étudiant(e)s travaillant avec des chercheur(e)s du Centre de recherche en droit, technologie et société sont les heureux récipiendaires de bourses du Programme d’initiation à la recherche au premier cycle de l’Université d’Ottawa pour 2020 : Omair Jafrani, Kate Kim, Alicia Cooke, James Howe, Colby Georgson and Nadia Ackah.

Le programme offre aux étudiants de premier cycle des occasions uniques et passionnantes d'explorer la recherche de pointe à l'Université d'Ottawa pendant qu'ils définissent leurs objectifs professionnels.

 

Nadia Ackah a reçu une subvention pour étudier l'innovation politique, sous la supervision du professeur Jeremy De Beer. Ce projet visera à identifier les différents laboratoires d’innovation au Canada, à répertorier leurs activités, les projets sur lesquels ils ont travaillé et la valeur des laboratoires d’innovation.

Nadia est une étudiante de quatrième année qui termine son baccalauréat spécialisé bidisciplinaire en sciences sociales en administration publique et en sciences politiques. Elle a travaillé en tant qu'analyste de politiques subalterne à Patrimoine canadien et Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

 

Alicia Cooke a reçu une subvention pour étudier les différences de harcèlement en ligne reçues par les journalistes politiques au Canada en fonction de leur sexe et de leur race, sous la supervision du professeure Elizabeth Dubois. Les journalistes intègrent désormais les médias sociaux dans leur vie professionnelle quotidienne. Ce faisant, ils rendent leurs idées, leur contenu et leurs services accessibles d'une nouvelle manière, mais ils s'ouvrent à la critique et aux réponses des citoyens. Existe-t-il des différences dans la quantité et / ou la qualité des messages en ligne en fonction du sexe perçu du journaliste avant, pendant et après la campagne électorale fédérale de 2019? Comment le harcèlement en ligne, les abus, les discours de haine et d'autres messages problématiques adressés aux journalistes affectent-ils leur capacité à remplir leur rôle politique? Les objectifs de ce projet sont de mieux comprendre ce phénomène émergent, d’élaborer un schéma de codage et des scripts informatiques pour l’analyse du harcèlement, ainsi que de former les étudiants aux méthodes de recherche numérique en social.

Alicia est une étudiante de troisième année du programme de baccalauréat spécialisé en sciences sociales avec spécialisation en sciences politiques. Auparavant, Alicia a travaillé en tant qu'assistante parlementaire auprès d'un membre du Parlement et a été observatrice d'élections en Ukraine. ”

 

Colby Georgson a reçu une subvention pour étudier les droits des consommateurs dans l'économie numérique sous la supervision du professeur Jeremy de Beer. Le projet se concentre sur la réalisation d’une analyse complète des thèmes et questions globaux en jeu pendant les négociations de la phase II sur les droits des consommateurs de l’Accord de libre-échange continental africain (AFCFTA) dans l’économie numérique et vise à concevoir un cadre d’évaluation permettant d’évaluer outil pour responsabiliser les consommateurs sans fil sur leurs droits et leurs voies de résolution de problèmes.

Colby poursuit actuellement des études au programme de J.D.. Il a obtenu un diplôme avec distinction du programme de sciences politiques de l'Université de Calgary, où il s'est concentré sur la politique comparée et les relations internationales. Colby est également représentant de l'International Law Students Association. Il est également éditeur et auteur associé du journal étudiant Inter Alia, de la Faculté de droit.

 

James Howe a reçu une subvention pour étudier l'analyse de contenu automatisée de documents juridiques sous la supervision du professeur Wolfgang Alschner. Ce projet de recherche UROP appliquera une analyse statistique à des matrices de fréquences de termes afin de résumer le contenu de documents juridiques.

James est un étudiant de deuxième année à la faculté des sciences qui étudie les mathématiques.

 

Omair Jafrani a reçu une subvention pour étudier les conséquences pour les tribunaux de l'application automatique des contrats intelligents sous la supervision du professeur Florian Martin-Bariteau. En raison de la crise massive de l'accès à la justice, les parties peu sophistiquées et celles disposant de moyens limités ont peu de recours devant le système judiciaire. Dans de nombreux cas, les coûts d’application ont été trop lourds et prennent trop de temps pour les consommateurs normaux. Les contrats intelligents, les processus d'exécution auto-automatisés, offrent apparemment une alternative au système judiciaire. Ces processus menacent la viabilité des recours que les tribunaux peuvent offrir, le pire des scénarios étant de rendre les recours juridiques obsolètes.

Omair est candidat de deuxième année au programme de J.D., où il a obtenu son baccalauréat en administration et gestion des affaires à l'Université York.

 

Kate Kim a reçu une subvention de recherche pour étudier Comment définit-on le «traitement en monnaie virtuelle» aux fins de la réglementation contre le blanchiment d'argent (AML)? sous la supervision du professeur Florian Martin Bariteau. Suite à la récente modification de la réglementation LBC obligeant les échanges cryptographiques à respecter les exigences strictes en matière de reporting et de tenue de documents, la recherche de l’étudiant visera à clarifier la raison d’être du changement et son impact sur l’avenir. Plus précisément, cette recherche examinera comment sont définies les «transactions en monnaie virtuelle» et «une ESM étrangère», et quelles activités commerciales sont capturées. L'étudiante s'est intéressée à ce sujet particulier dans le cadre de ses recherches plus approfondies sur le blockchain et le droit et souhaite approfondir ses connaissances dans ce domaine.

Kate est candidate de deuxième année au programme de J.D, où elle a également obtenu un baccalauréat spécialisé en comptabilité et une maîtrise en fiscalité de l'Université de Waterloo. Auparavant, elle a été chercheuse dans le domaine de la lutte contre le blanchiment d'argent à RBC et administratrice de la conformité à Cranson Capital.
 

Félicitations à nos étudiant(e)s !

 

Haut de page