Florian Martin-Bariteau reçoit une subvention du CRSH pour une recherche sur les secrets et les lanceurs d'alerte à l’ère numérique

Publié le jeudi 31 janvier 2019

Florian Martin-Bariteau, directeur du Centre de recherche en droit, technologie et société, a reçu une Subvention de développement Savoir du Conseil de recherche en sciences humaines (CRSH) pour un projet intitulé « Les secrets et les lanceurs d’alerte dans un monde numérique » qui explorera les tensions entre la protection des informations confidentielles et celle des lanceurs d'alerte qui agissent dans l'intérêt public.

Dans notre monde numérique en rapide évolution, la sécurité de l'information est essentielle pour protéger les intérêts publics nationaux, en particulier dans un environnement d'innovation technologique continue et de concurrence mondialisée. Mais si les secrets et leur sécurité sont importants, l’histoire nous montre que, souvent, les lanceurs d’alerte sont essentiels pour assurer une société ouverte, juste et sûre. Si la transparence et la liberté d’information sont primordiales dans les sociétés démocratiques, il est nécessaire de disposer de lignes directrices non seulement pour l’ouverture, mais également pour la sécurité de nos sociétés.
 
Le projet du professeur Martin-Bariteau développera un cadre d’analyse du droit canadien afin de concilier le besoin de protection des informations confidentielles et la protection des divulgations d’intérêt public faites par les lanceurs d’alerte qui alertent le public. Malgré l'importance de ces questions, il y a un manque général de recherche universitaire sur le sujet. Le projet du projet Martin-Bariteau contribuera à éclairer les décideurs et le grand public en vue de créer des régimes de protection plus efficaces et de contribuer à l'accès à la justice des futurs lanceurs d'alerte potentiels.
 
Les subventions Savoir Développement du CRSH permettent d’élaborer de nouvelles questions de recherche et d’expérimenter de nouvelles méthodes, approches théoriques et/ou idées.
 
Félicitations au professeur Martin-Bariteau !

Haut de page