Chloé S. Georas

Carte électronique

Chloé S. Georas
Professeure agrégée à la University of Puerto Rico Law School a complété un programme LLM avec concentration en droit et technologie à l'Université d'Ottawa.

Biographie

Chloé S. Georas, professeure agrégée à la University of Puerto Rico Law School a complété un programme LLM avec concentration en droit et technologie à l'Université d'Ottawa. Lorsqu'elle fréquentait l'Université d'Ottawa, elle a été assistanat pour le professeur Ian Kerr et assistante d'enseignement pour le cours Principles of Legal Research.

Pourriez-vous nous parler de votre emploi actuel?

Je suis professeure agrégée permanente à la University of Puerto Rico Law School où j'enseigne depuis 2007. Je combine ma formation en droit (JD de la New York University School of Law et mon LLM de L'Université d'Ottawa) avec ma formation en études culturelles et histoire de l'art (maîtrise et doctorat de la State University of New York, Binghamton) afin d'examiner les croisements entre le droit, la technologie, le genre, l'histoire coloniale/raciale, la mémoire culturelle et l'art. Cette année, j'ai également commencé à enseigner un cours du tronc commun sur le droit de la famille qui intègre le point de vue du genre et des études critiques de droit. J'ai publié mes travaux universitaires dans plusieurs pays soient Puerto Rico, les États-Unis, le Canada, l'Espagne, l'Angleterre, le Chili et l'Argentine.

Suite à mes démarches universitaires, on m'a invité en tant que professeure invitée à l'Université d'Ottawa au cours des trois dernières sessions de janvier (2013 à 2015) pour enseigner un cours sur l'art, la technologie et le droit.

J'explore également divers thèmes me passionnant à travers différentes techniques d'œuvres de création. Dans le cadre d'un de mes projets principaux, mes travaux d'édition (ou livre d'artiste) intitulé "rediviva:lost in trance.lations" (Editorial Isla Negra, 2006; Libros Nómadas, 2001), je marie mes écrits littéraires multilingues à des œuvres visuelles. Cette œuvre a été remarquée par le Puerto Rico Pen Club. J'ai également publié et présenté mes œuvres de création à Puerto Rico et à l'étranger.

Plus récemment, j'ai travaillé sur une série intitulée Juridical Sacrileges. La première oeuvre de cette série est une vidéo artistique, Pasties & G-Strings: Their Daze in Court (2008-2014) qui a fait partie de l'exposition Behind the Scene: Art, Body and Law créée par Stephanie Monserrate et commanditée par la Puerto Rico Institute of Culture et ayant eu lieu à la Antiguo Arsenal de la Marina Española dans le vieux San Juan (de juin à août 2014).

Qu’est-ce qui vous plaît réellement à propos de votre poste actuel?

Le plus grand privilège d'être professeure est la chance de poursuivre ses apprentissages tout au long de sa vie. Mes projets étant multidisciplinaires, le milieu universitaire est l'endroit idéal pour développer ma pensée et pour créer des liens avec des gens intéressants et stimulants effectuant un merveilleux travail partout à travers le monde.

Quels sont les défis?

L'un des plus grands défis est d'arriver à séparer le travail des autres aspects de son temps. Les horaires peuvent sembler flexibles mais une personne peut investir son temps de façon illimitée dans les projets en cours.

Gardez-vous des souvenirs significatifs de l'époque où vous avez étudié le droit et la technologie à l'Université d'Ottawa?

Les nombreux souvenirs significatifs en lien avec mes études en droit et technologie à l'Université d'Ottawa sont tous reliés à la générosité et à la gentillesse de mes professeurs et collègues. Je ne suis pas certaine que les profonds liens universitaires et personnels que j'ai créés avec eux auraient été les mêmes dans un autre programme de LLM.

Comment vos études en droit et technologie à l'Université d'Ottawa vous ont-elles aidé à vous rendre où vous êtes aujourd'hui?

Mon diplôme de l'Université d'Ottawa a eu plusieurs ramifications importantes dans ma carrière.

D'abord et avant tout, ma permanence à l'Université de Puerto Rico était conditionnelle à l'obtention d'un diplôme en LLM. Le diplôme aurait cependant pu avoir été obtenu dans n'importe quelle école de droit, mais j'ai choisi l'Université d'Ottawa pour des raisons importantes. Bien qu'on m'ait offert des bourses, certaines particulièrement généreuses, dans quelques-unes des écoles de droit de l'Ivy League pour faire mon LLM, j'ai choisi l'Université d'Ottawa car je savais que j'y trouverais de grandes affinités entre mes champs d'intérêts et le travail multidisciplinaire réalisé par des professeurs de grand calibre notamment Ian Kerr, Jane Bailey et Jennifer Chandler pour ne nommer que ceux-ci.

De plus, le fait que le programme de LLM de l'Université d'Ottawa soit un programme d'études supérieures beaucoup plus rigoureux que d'autres programmes de LLM a eu d'importantes conséquences pour moi en ce qui a trait au nombre d'écrits que j'ai produit dans le cadre de mes cours et mon mémoire de maîtrise qui est devenu par la suite des articles que j'ai publié ou sur lesquels je travaille pour fins de publication.

Avez-vous des conseils pour les étudiants actuels ou futurs à l'Université d'Ottawa et le centre de recherche en droit, technologie et société?

Mon conseil pour ceux qui considèrent poursuivre des études en droit et technologie à l'Université d'Ottawa est d'être certain qu'ils profiteront d'une expérience éducative très productive et enrichissante qui leur ouvrira l'esprit et des portes au cours de leur carrière. Mon conseil pour les étudiants actuels est de profiter de toutes les possibilités de travailler de près avec les merveilleux professeurs en droit et technologie de l'Université d'Ottawa.

Haut de page